Du Fond des Ténèbres

Ian Rankin

Editions du Masque - Mars 2004 - Traduction (anglais) : Aline Azoulay

Tags :  Roman d'enquête Polar politique Corruption Flic Grande-Bretagne Années 1990 Plus de 400 pages

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 1er février 2009

Alors qu'il visite le chantier du futur Parlement écossais — construit sur les ruines d'un vieil hôpital — l'inspecteur Rébus, ainsi que les autres membres du comité chargé de préparer la sécurité des lieux, assistent à la découverte d'un corps en décomposition dans une cheminée obturée depuis au moins vingt ans…
De son côté, Siobhan Clarke, membre de l'équipe de Rebus, enquête sur le viol dont a été victime Sandra à la sortie d'une rencontre de son club de célibataires. Elle est la troisième à être ainsi agressée dans les mêmes circonstances, mais la première à avoir été violée…
Bientôt, c'est une tout autre affaire qui met en effervescence le commissariat d'Édimbourg, on vient de découvrir, aux alentours du chantier de Parlement, le cadavre Roddy Grieve, fils d'une des plus grandes familles d'Écosse et candidat déclaré au poste de député du West End.
Derek Linford, jeune inspecteur aux dents longues, promis à une belle carrière et depuis peu intégré à l'équipe Rébus, voit là l'occasion de briller auprès de sa hiérarchie et de la famille de la victime, très influente, qu'il sait toutes deux flatter. Avec Rébus, les rapports sont plus tendus. Et ce d'autant plus que le jeune inspecteur a besoin dans son plan de carrière d'une jeune et belle épouse et qu'il a jeté son dévolu sur Siobhan Clarke, la "protégée" de Rébus. Tout pour plaire…

Ian Rankin pratique un polar des plus classiques qui consiste en la reconstitution méticuleuse, minutieuse, d'une enquête de police menée par un personnage emblématique : l'inspecteur John Rebus, qui traîne derrière lui quelques casseroles diverses et variées qui tiennent à son alcoolisme, à sa manière de travailler en solitaire, à son opiniâtreté.
À la longue, on pourrait se lasser du genre et espérer un peu de nouveauté, mais sa maîtrise est telle en la matière que c'est aussi un plaisir de se laisser glisser dans ce costume qu'on sait taillé sur mesure.
La mise en place de l'intrigue est d'une redoutable efficacité et après une grosse cinquantaine de pages, l'auteur a déjà ferré son lecteur. Il ne le lâchera plus tout au long des cinq cents pages que compte ce roman. Si on parlait en proverbe, ça donnerait d'une part : « ça n'est pas au vieux singe qu'on apprend à la faire la grimace », d'autre part : « c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe ». Sans surprise, mais tellement bon…

Dans cet épisode, Ian Rankin en profite pour évoquer à sa manière l'histoire de l'Écosse en général et d'Édimbourg en particulier, revenant sur le referendum organisé en 1979 pour ou contre l'indépendance. Referendum gagné dans les urnes et perdu sur le "tapis vert" à quelques voix près. Déjà à l'époque, la spéculation immobilière avait connu une grande effervescence ; comme toujours dès lors qu'il faut installer un pouvoir dans ses murs. Vingt ans plus tard, lorsque l'indépendance devient une réalité, les mêmes causes produisent les mêmes effets.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Ian Rankin et l'inspecteur Rebus, c'est une longue aventure… un peu la manière de Connelly et de Harry Bosch. Le personnage est attachant et l'auteur sait construire ses intrigues. Il serait dommage de ne pas se laisser faire, de temps en temps…

Le début...

Les dix premières lignes...

Le soir tombait lorsque Rebus accepta la casque jaune que lui tendait son guide.
— Nous pensons que ce sera l'aile administrative, dit l'homme.
Il s'appelait David Gilfillan. Il travaillait pour Historic Scotland et coordonnait les recherches archéologiques de Queensberry House.
— Le bâtiment d'origine date de la fin du XVIIème siècle. Il appartenait à Lord Hatton. Il a été agrandi à la fin du XXème par le premier duc de Queensberry. C'était sans doute l'une des maisons les plus imposantes de Canongate, à deux pas de Holyrood, avec ça (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

Noël Approche, les élections législatives aussi. Les ouvriers s'activent à Queensberry House : le siège du nouveau Parlement doit être prêt à temps. La découverte d'un corps momifié dans une cheminée, puis la mort d'un mystérieux clochard passent presque inaperçues au regard de l'assassinat d'un fils de famille engagé dans la course électorale.
Trois morts, dont deux inconnus : l'inspecteur Rebus voit un lien entre eux et suit son instinct. Sa hiérarchie, lui reprochant de toujours chercher ce qui n'existe pas, désapprouve. En chemin, il croisera ses démons habituels : l'alcool, la solitude, les aléas de la justice, et son vieil ennemi, le caïd « Big Ger » Cafferty. Mais au cœur de ce roman, il y a surtout la beauté ténébreuse d'Édimbourg, son histoire mouvementée, et une nouvelle criminalité en filigrane : à la faveur de l'autonomie, qui va mettre la main sur l'argent et le pouvoir ?


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Ian Rankin










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Causes Mortelles L'Ombre du Tueur Nom de Code : Witch Double Détente Le Jardin des Pendus Piège Pour un Élu