Cent Mètres de Silence

Jim Thompson

Gallimard / Série Noire - Avril 1950 - Traduction (anglais) : Suzanne Flour

Tags :  Moins de 250 pages

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 30 juin 2006

Le couple, ou plutôt le trio. Joe, Elisabeth & Carol s'occupent d'une salle de cinéma que Joe a reprise en main et remise sur pied, parce que quand c'était Elisabeth qui s'en occupait l'affaire avait plutôt tendance à tourner au ralenti, si vous voyez ce que Joe veut dire...

Thompson décrit les prémices de la concentration des grands groupes de diffusions de films qui tentent d'étouffer les salles indépendantes. Joe magouille comme un malade pour s'en sortir. Il est prêt à tout. Mais y a les autres, et parmi les autres, il y a toujours plus pourri que soi. Vous savez, tous ceux qui se jettent sur vous quand vous êtes faible parce qu'il savent que la curée peut commencer. Il y a aussi l'amour, toujours une histoire d'amour chez Thompson, on peut même dire que ce bouquin en raconte une terrible, sans concession, mais on se doute bien de ce que ça peut donner entre les mains de Jim surtout quand il s'agit d'un trio ! Alors ça en fait des pièges, des pièges qui deviennent une seule et unique immense mâchoire que l'on entend se refermer inexorablement en grinçant de partout.

À noter que Thompson se met en scène lui-même dans le chapitre 11 de Cent Mètres de Silence avec le personnage de l'auteur venu faire une conférence dans un club littéraire.

On retrouve dans Nothing More Than Murder (le titre américain est bien mieux que son étrange " adaptation " française) la plâtrée de salauds thompsonnien qui se démènent dans une mer peuplée de requins et le narrateur (Joe) ne vaut pas mieux que les autres avec ses sursauts de culpabilités qui le pousse vers la folie. Comme toujours c'est noir. Thompson décrit un monde complètement paranoïaque où il faut, pour espérer avoir une chance de s'en sortir, écrabouiller l'autre avant qu'il ne vous écrabouille.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

La Mort Viendra Petite ou Nuit de Fureur, du même Jim Thompson, qui présentent tous les deux des trios déjantés.

Le début...

Les dix premières lignes...

On demande femme seule, 40-45 ans, pour tenir maison de campagne. Pouvant porter uniforme taille 44. Bons gages. Ecrire box n°...

Je dis à la jeune employée du comptoir :
- Je vous laisse le soin d'écrire le numéro. Que vous n'ayez pas l'air d'être payée à ne rien faire...
Elle sourit, comme sourit un garçon d'ascenseur à qui on demande : " Vous avez beaucoup de haut et de bas, dans votre métier ? "
- Bien, monsieur. Votre nom, je vous prie.
- Oh ! Je vous règle l'annonce tout de suite.
- Bien, monsieur, dit-elle d'un ton qui signifiait : " Et comment que vous allez payer tout de suite ! " Mais il nous faut votre nom et votre adresse (...).


La fin...

Quatrième de couverture...

"On demande femme seule, 40-45 ans, pour tenir maison de campagne. Pouvant porter uniforme taille 44. Bons gages. Écrire box n°..." Cette annonce met le feu aux poudres. Il y a longtemps que le torchon brûle entre Joe Wilmot et sa femme Elisabeth. Cette dernière a introduit Carol sous son toit. Carol louche, elle a la démarche d'un canard et l'élégance d'un sac de pommes de terre. Telle est la première impression qu'elle fait à Joe. La deuxième est différente : "C'est un miel, un sucre, un gâteau. Une vraie garce !"


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Jim Thompson










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition Réédition poche Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

1275 Âmes Le Démon dans ma Peau Un Chouette Petit Lot Deuil dans le Coton Le Criminel La Mort Viendra, Petite Vaurien Rage Noire Les Alcooliques L'Assassin qui est en moi