Le Chien de Montargis

Jean Amila

Gallimard / Série Noire - Septembre 1983

Tags :  Polar social Quidam France Années 1980 Populaire Moins de 250 pages

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 30 octobre 2007

Trois jours que Francis — P'tit Ciss — a commencé à bosser pour le chenil Courchaudin, spécialisé dans les dressage des chiens de défense... des personnes et des biens qui leur appartiennent. Là, il joue le rôle du pantin rembourré, autrement dit, du "Malfaiteur".
Mais si au départ Francis était plein de bonnes intentions, histoire de soulager Mémé Louisa qui l'élève, au bout de ces trois jours il en a ras la casquette de la gente canine. Fini le chenil !
Seulement voilà, à dix-sept ans, l'école derrière lui, il se doit de gagner sa croûte, et d'autant plus si le chômage guette. Dans ces cas-là, la famille, y a que ça de vrai, et Francis se retrouve dans le sud de la France, du côté de Saint-Raphaël, propulsé serveur dans le restaurant de la tante Lefauchois.
Oh, pas vraiment une sinécure, mais c'était mieux que rien :

On le faisait marner comme un sous-développé, on le banquait avec un élastique, et on lui bottait le train comme à un membre de la famille... Même les clébards étaient mieux soignés que lui dans cet immonde Bistrot des Félibres.

C'est là tout le problème... Dans cette gargote, il se voit contraint de coexister avec deux molosses, Dudule et Mimir, bien mieux traités que lui, ce qui ne fait que renforcer sa haine des chiens. Faut dire aussi que lorsque l'un des deux lui niaque un mollet et que c'est lui qu'on accuse de l'agresser n'est pas pour arranger les choses...
Une rencontre va éclairer son horizon : Lucette, la boniche du véto. Elle non plus n'apprécie pas trop les toutous et, ensemble, ils vont se lancer dans une campagne d'extermination des gentils Mirza, Azor et consorts...

Une seconde rencontre va donner des ailes à Francis. Celles des deux caïds qui squattent le fond du bar. Car au-dessus du restaurant existe un hôtel, avec des chambres. Mais jamais libres les chambres... Y a toujours des filles dedans, toujours les mêmes, et les deux gaillards qui sont là pour surveiller l'affaire. Petit à petit, Ciss va se faire accepter, puis se lier d'amitié. Il a la nette impression de tomber dans un vrai film de gangsters. Et ça n'est pas pour lui déplaire au p'tit gars...

Jean Amila retrouve ici sa figure préférée qui consiste à confronter un quidam à la société bien pensante. P'tit Ciss tient ce rôle à merveille, lui qui, du haut de ses dix-sept ans, ne souhaite que croquer la vie à pleine dents. Et voilà qu'il découvre, à ses dépens, que les chiens, ces "cons" de chiens, ces bons toutous, bien dressés, obéissant à n'importe quel ordre — tels des militaires — dès lors qu'il vient du maître, sont bien mieux traités que lui qui n'aspire qu'à un peu de liberté ! L'allégorie est évidente.
Reste que les chiens ne sont pas qu'un symbole sous la plume d'Amila : ils deviennent le révélateur d'une certaine nature humaine :

Donner dans le chien d'attaque, ou plus pudiquement de défense, ça voulait dire qu'on se mettait du côté des mémères salopes, des chasseurs demeurés et des feignassons galonnés. À moins d'avoir dévoré un môme vivant, le clébard était intouchable. Par contre, le connard qui risquait de s'y frotter avait droit aux foudres de la loi Grammont, brave général rien-foutant d'une lointaine république française.

Sûr que comme nombre de braves citoyens, le père Tonio, ami des bêtes, devenait féroce lorsqu'il s'agissait des gens. Ça, la Mémée le disait souvent à Montargis, sous forme de bon proverbe : "Qui aime les bêtes n'aime pas les gens !"

Le Chien de Montargis montre une nouvelle fois l'attachement de Jean Amila à l'individu. Sa plume est toujours aussi vive, avec cette gouaille au parfum de pavé luisant qui la caractérise.
Pas facile, en tout cas, d'être jeune au début des années quatre-vingts...


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Sur ce même sujet de la place des chiens dans notre société, ne manquez pas le roman de Sandrine Rousseau, Épluchures à la Lilloise, tout aussi savoureux.
Les temps changent, mais le reste, pas beaucoup...

Le début...

Les dix premières lignes...

On lui avait passé la vieille pelure matelassée qui tenait de l'affreux guignol. C'était en somme la tenue de combat.
Sur les houseaux de cuir, il fallait d'abord enfiler le pantalon à bretelles, trop grand, trop large. Et puis la vareuse épaisse et lourde, montant jusqu'au nez pour protéger la gorge. Enfin les moufles à armature et la casquette hideuse à demi déchiquetée qui emboîtait les oreilles.
— Tu as les flubes, p'tit gars ?
Oui, au moment d'affronter son premier fauve, Francis avait la trouille. Mais enfin, c'était ça ou le chômage (...)


La fin...

Quatrième de couverture...

Les belles âmes éprouvent une timide jouissance au récit d'hécatombes humaines, c'est admis. Mais qu'un petit mec s'amuse à cyanurer des clébards et il aura droit aux foudres des rombières "protectrices des animaux", soudain furibardes et vengeresses, très capables d'aller jusqu'au meurtre pour bien faire comprendre qu'on vit sous le règne du clebs-roi, à quatre ou a deux pattes.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Jean Amila










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Y'a pas de Bon Dieu ! Motus ! La Bonne Tisane Jusqu'à Plus Soif Langes Radieux Pitié Pour les Rats Noces de Soufre La Lune d'Omaha Les Fous de Hong-Kong Le Grillon Enragé La Nef des Dingues Contest-Flic Terminus Iéna Le Boucher des Hurlus Au Balcon d'Hiroshima