Le Couperet

Donald Westlake

Rivages / Thriller - Novembre 1998 - Traduction (anglais) : Mona de Pracontal

Tags :  Polar social Psychologie Quidam Etats Unis Années 1990 Entre 250 et 400 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 31 août 2005

Burke Devore est sur le point de vérifier sa capacité à tuer. C'est un acte qu'il n'a jamais commis mais il vient de décider qu'il était temps d'agir, aussi s'est-il muni du vieux Luger ramené d'Allemagne par son père à la fin de la Seconde Guerre mondiale : une sorte de trophée. Nettoyage, lubrification, approvisionnement en cartouches neuves, tout y passe, jusqu'au test de tir final, sur un arbre, en pleine nature. L'ensemble est opérationnel, l'arme un peu plus que l'homme peut-être. Reste à passer à l'acte...
Burke Devore était chef des ventes dans une entreprise liée à la fabrication de papier. Cadre moyen, plutôt une bonne place, jusqu'au jour où la conjoncture, les restructurations, ont fait disparaître son poste, comme le quart des effectifs de l'usine. Cinq mois pour se préparer, des indemnités substantielles, quelques avantages... Comme beaucoup, au début, Burke pensait que cette période de chômage ressemblerait à des vacances bien méritées après vingt-cinq années de bons et loyaux services. Mais un an plus tard il déchante : le monde du travail est surchargé de cadres dans son genre à la recherche d'un emploi et tous se battent pour les mêmes places.
À l'aide d'un stratagème savamment étudié, Burke Devore décide d'éliminer un à un tous ses concurrents directs pour un poste à sa mesure. Il a vérifié, organisé les moyens de mener à terme son entreprise, et maintenant... il appuie sur la détente.

On entre dans ce roman comme dans du beurre, sans forcer, sans y prendre garde, et on se laisse glisser goulûment à la découverte de ce personnage de cadre au chômage qui déclare la guerre à son état. L'écriture de Donald Westlake est limpide, elle coule telle une onde claire, en toute simplicité.
L'auteur décrit le projet de son narrateur, puis sa mise en œuvre. Il nous fait épouser son raisonnement dans toute son horreur, dans sa logique implacable. Qui aurait l'idée de soupçonner un chômeur de s'en prendre à ses congénères pour augmenter ses chances d'obtenir un poste ? Et c'est bien justement cette implacable logique qui dérange...
Donald Westlake nous entraine dans un panégyrique de la déliquescence du monde du travail où les cadres, les cols blancs, rejoignent les cohortes d'ouvriers, d'employés, délocalisés, licenciés pour cause de rentabilité jugée médiocre, de coûts trop élevés, de dividendes boursiers en baisse, de profits manquants... Pour Burke, il s'agit ni plus ni moins que d'autodéfense face à une agression caractérisée...
L'auteur décrit les mécanismes de l'économie libérale, ses conséquences sur des millions de vie qu'elle ne respecte pas. Chaque concurrent est l'occasion de dresser le portrait d'un drame banal, de vies qui basculent, de couples qui se déchirent...
On peut regretter toutefois une intrigue trop linéaire, sans véritable rebondissement ni "pirouette" finale. Donald Westlake déroule son histoire, on avance de concert avec Burke Devore jusqu'à un "happy end" un peu surprenant : quelle logique a poussé l'auteur à donner une fin "heureuse" à son roman alors que, de toute évidence, on eut été en droit de penser qu'elle fût plutôt tragique. Bizarrerie américaine ?..


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Le roman de Donald Westlake a été l'objet d'une adaptation cinématographique signé Costa Gavras en 2005, avec notamment José Garcia, Karine Viard, reçue moyennement par la critique.

Retrouvez toutefois une courte interview du réalisateur sur le site de Cinemovies.

Le roman quant à lui a été couronné par le Prix 813 roman étranger en 1999.

Le début...

Les dix premières lignes...

En fait je n'ai encore jamais tué personne, assassiné quelqu'un, supprimé un autre être humain. Bizarrement, d'une certaine façon, j'aurais aimé pouvoir en parler avec mon père, vu qu'il en avait l'expérience, qu'il avait ce que nous appelons, dans le monde de l'entreprise, un bagage en ce domaine de compétence : lui qui avait été fantassin pendant la Seconde Guerre mondiale, qui avait "servi sous les drapeaux" en 44-45 et traversé la France lors de la dernière marche sur l'Allemagne, avait visé, certainement blessé et plus probablement tué un grand nombre d'hommes revêtus de lainage gris foncé, et fait preuve, rétrospectivement, d'un grand calme par rapport à tout ça. Comment savoir à l'avance que vous en êtes capable ? Là est la question (...).


La fin...

Quatrième de couverture...

Cadre supérieur dans une usine de papier pendant vingt-cinq ans, Burke Devore vient d'être licencié. Pas pour faute professionnelle. Non, il est tout simplement victime des compressions, dégraissages, restructuration. Avec la perte de son emploi, c'est toute l'existence de Burke qui s'écroule. Pour retrouver ce "bonheur" qu'il estime avoir mérité par son labeur, il est prêt à tout, même à franchir les barrières de la morale. Mais quelle morale, au fait ?
Donald Westlake a choisi de faire le procès du monde terrifiant dans lequel nous vivons, uniquement axé sur la course au profit. Il s'attaque au problème du chômage sous un angle pour le moins inattendu.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Donald Westlake










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

L'Assassin de Papa (361) Un Loup Chasse l'Autre Pierre qui Brûle (Pierre qui Roule) Place au Gang ! V'là Aut' Chose ! (Jimmy the Kid) Personne n'est Parfait (La Joyeuse Magouille) Adios Shéhérazade Mauvaises Nouvelles Les Sentiers du Désastre Finie le Comédie