Quelque Chose pour le Week End

Sébastien Gendron

Baleine - Novembre 2011

Tags :  Comédie Quidam Grande-Bretagne Années 2010 Humoristique Entre 250 et 400 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 24 décembre 2011

Lawrence Paxton est un paisible retraité anglais qui tente tant bien que mal d'occuper son temps en se plongeant dans les livres d'Histoire pour supporter sa moitié conjugale. Jusqu'au jour où il découvre sur la plage quelques ballots échoués qui se révèlent être de la cocaïne de bonne facture.
Détail intéressant, cette cargaison est sous la surveillance de grands pingouins brachyptères — une espèce disparue depuis un siècle et demi — qui ont commencé à goûter à la poudre blanche et semblent apprécier.
Lorsque Paxton lui-même teste la consistance de cette cocaïne qu'il n'envisage pas encore et découvre la surpuissance qu'elle lui procure, il décide deux choses : garder une partie du butin par devers lui, et assassiner sa femme…

Adepte de l'absurde et du détournement en matière de comique (voir son traitement du roman d'espionnage dans Taxi, Take off & Landing), Sébastien Gendron situe cette fois son intrigue en terre anglaise et c'est aussitôt un petit air de Monthy Python et de nonsense qui vient enchanter ce récit débutant. Sérieux en apparence (comme un anglais en goguette), Quelque Chose pour le Week End est d'une absolue cocasserie dans l'enchaînement des événements qu'il met en scène.
Il y a en premier lieu ce retraité, Lawrence Paxton, un ancien agent de change en fin de vie, gris et poussiéreux, qui n'est que regrets, comme une cocotte-minute sans soupape, et va littéralement exploser au contact de la cocaïne, passant sans transition de la grisaille rabougrie au technicolor en panorama, décidant du coup de tuer sa femme, responsable de tout ses maux.
Il y a ce Yorkshire où il ne se passe rien mais où tout est surveillé, des jardins taillés au cordeau aux cabines téléphoniques…
Et puis il y a ces pingouins sortis de nulle part, disparus depuis cent cinquante ans et revenus à la vie cocaïnomanes, attirant toutes les convoitises.

Sébastien Gendron mène un récit foutraque et déjanté qui enchaîne les scènes d'anthologie, allant de rebondissement en rebondissement et laissant chacun mener sa barque au mieux des courants contraires qui agitent cette jolie bourgade. Suivant la tradition de cet humour cher aux Anglais, chacun en prendra un peu pour son grade au passage : que ce soient les politiques girouettes toujours dans le sens du vent ; les écolos aux égos surdimensionnés ; les promoteurs cyniques ; les adeptes du repli sur soi ; et j'en passe…
On ressent néanmoins parfois un peu d'égarement dans certains prolongements hasardeux et sans doute le roman aurait-il gagné à être un peu plus concentré. Reste qu'au final, et comme annoncé en quatrième de couv', c'est au chaos et la guerre qu'on aboutira. Pas très rigolo… même si le plus souvent, on se marre vraiment…

Il n'y a pas que les tueurs en série qui font des dégâts dans le Yorkshire, l'ennui y tue beaucoup aussi. Quand ce ne sont pas les pingouins, ou la bêtise humaine…


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Je ne retrouve pas d'exemple de polar pratiquant le nonsense britannique ; si vous avez des idées, n'hésitez pas à m'en faire part.
Pour sa qualité à tenir le déjanté sur la longueur, lisez également le précédent romans de Sébastien Gendron : Taxi, Take off & Landing, un savoureux détournement du roman d'espionnage.

Le début...

Les dix premières lignes...

Runswick Sands, plage secondaire de Kirkbay, North Yorkshire, Royaume-Uni. Il est une heure dix du matin. Un homme de soixante-sept ans se tient là, debout, sur le sable. Dans la lumière de sa lampe-torche, il considère à ses pieds un sac éventré plein d'une matière poudreuse ; autour de lui, une vingtaine de pingouins l'observe avec la plus grande attention.
Dans un premier temps, Lawrence Paxton pense qu'il s'agit d'un ballot de plâtre jeté à la mer par quelque équipage au long cours comme il en navigue chaque jour par centaine, là-bas au large, sur le rail de Kingston. Mais en balayant du faisceau de sa lampe ce bout de plage sur lequel il est arrivé il y a quelques instants, il découvre d'autres sac (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

À Kirk Bay, en Angleterre, il ne s'était jamais rien passé, avant.
Des centaines de kilos de bonne cocaïne s'échouent sur la plage. Suivis d'une armada de grands pingouins qu'on pensait disparue.
Ces apparitions sont-elles liées ? Cela a-t-il un rapport ?
S'ensuit un blizzard de toxicomanie et une « pingouinphobie » mémorable, puis le chaos, la guerre.
Et pendant ce temps, un homme essaie de tuer sa femme.
Anarchy in UK


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Sébastien Gendron










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Mes Amis Mortels Taxi, Take off & Landing Mort à Denise Road Tripes La Revalorisation des Déchets Chevreuil