La Revalorisation des Déchets

Sébastien Gendron

Albin Michel - Janvier 2015

Tags :  Comédie Psychologie Criminel France Années 2010 Humoristique Entre 250 et 400 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 03 décembre 2023

Dick Lapelouse est un tueur à gages pas comme les autres : disponible, accessible même, puisqu’il pratique cette activité en version hard discount. Son credo rédempteur, après quinze années de bons et loyaux services à exercer ses talents auprès de la mafia marseillaise : offrir aux plus démunis la possibilité d’obtenir les mêmes prestations que celles réservées habituellement aux plus riches. Un marché potentiel inépuisable…
Après tout, qui n’a jamais eu une envie de tuer, même passagère ?
Les affaires tournent si bien que Dick peine à répondre à la demande tout en assurant le côté administratif de son entreprise, par ailleurs légalement enregistrée. Aussi se résout-il à embaucher une secrétaire ; ce sera Camille.

Je l’ai choisie pour son poids — quatre-vingt-six kilos sur ma Roberval mentale —, sa taille — un mètre soixante-deux selon ma toise visuelle —, son âge — cinquante-cinq ans à vue de pif — et son goût immodéré pour les assemblages vestimentaires douteux (…)

Une employée qui sera bien vite mutualisée avec son voisin de palier, le docteur Braun, psychiatre de son état, avec qui il s’est lié d’amitié et qui a fini par le prendre en analyse.
Tout en poursuivant son business, Dick est en pleine introspection. Il s’interroge. On assiste donc à une alternance entre ses assassinats commandités divers et variés et les séances chez son voisin psy. Dick est surmené, il frise le burn-out, est sujet à des hallucinations durant lesquelles une femme lui apparaît, qu’il appelle Dionne et qui pourrait bien être sa propre conscience (qu’il a choisie plutôt canon).
Arrive alors dans son bureau le cas de Carlos Llanos et de son père Ramon Suner, l’ordure suprême. Franquiste, raciste, antisémite, acoquiné avec les nazis, membre de la division Charlemagne, passé entre les mailles du filet à la libération, marié à une femme juive qu’il a réduite en esclavage et qui a fini par se suicider, père de deux enfants qu’il a martyrisés avant de les abandonner.
Il va falloir « tuer le père »…

Il ne faut pas confondre « con » et « connard », ce serait faire fi de la notion de volonté, dixit Dick Lapelouse, tueur à gages philosophe.
Sébastien Gendron reprend ici le personnage central du Tri Sélectif des Ordures, paru initialement sous la forme d’un feuilleton accompagnant la newsletter de la librairie spécialisée de Christophe Dupuis, Entre-deux-Noirs, avant d’être édité chez Bernard Pascuito en 2008, de retrouver son format à épisodes en 2013 et de connaître enfin une édition poche complète et augmentée en 2014. On peut parler de succès…

D’une manière ou d’une autre, j’aime à penser que chaque fois que je terrasse un salopard qui faisait souffrir un être démuni, c’est comme si je venais mettre des fleurs sur la tombe d’une des victimes de ma précédente vie.

On s’en doute, et c’est un peu la marque de fabrique de Sébastien Gendron, on est la frontière entre la réalité et l’absurde. Tout en menant sa barque avec un sérieux de tous les instants, le contrepied est permanent.
Pour autant, en remettant le couvert avec la même recette, ce qui avait la saveur de la nouveauté prend ici un goût de réchauffé. Certes, les ingrédients n’ont pas changé, mais le « chef » est moins inspiré, il répète sa partition, parfois jusqu’à l’écœurement, comme avec ce final confus et précipité qui oublie de refermer certaines « portes » qu’on aurait cru essentielles tout au long du récit.
Mais où est donc passé Dionne ?
Bien sûr, sous le vernis de la franche déconnade, sont aussi présentes quelques réflexions bienvenues lorsque Dick s’épanche et s’interroge sur le divan de son pote psychiatre, mais elles ne viennent pas effacer cette impression d’une construction brouillonne.

Je pense à ces romans où vous ingérez cinq cents pages de rebondissements outrageux pour l’intelligence et où, quand vous sentez arriver le dénouement, vous vous rendez compte qu’il ne reste que trois pages. Trois pages pour expliquer les cinq cents autres. (…) Au bout, la solution ou tout au moins la fin. Il me tardait d’en finir.

Prémonition ou intuition ?


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

La Revalorisation des Déchets n’a pas eu le succès de son « prédécesseur » et n’a jamais connu d’édition poche. Sébastien Gendron s’est depuis rattrapé en s’en prenant méchamment aux dérives de notre société ou aux « connards » qui la composent avec Révolution, Fin de Siècle, ou le récent Chez Paradis. On y reviendra sans doute.

Le début...

Les dix premières lignes...

Je m’appelle Dick Lapelouse et je suis tueur à gages pour les gens de peu. Ça signifie que pour éliminer les nuisibles des pauvres, j’applique des tarifs largement en deçà de ceux pratiqués pour les nantis.
Dans mon entreprise, je traite le connard mais rarement le con. Le volontaire plutôt que l’accidenté. Je pars de ce principe : on peut naître con, mais l’on devient connard. La connerie du connard est à la portée de n’importe qui, c’est une question de placement dans la chaîne alimentaire. Le connard est prédateur, le con est proie. C’est donc souvent le con qui vient me voir pour que j’élimine le connard à prix cassé, selon les lois du discount (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

DICK LAPELOUSE,
grand spécialiste de l’assassinat sur commande et des techniques d’intimidation, diplômé du milieu niçois, maintenant dans votre ville.
RÉAGISSEZ !
Il y a un million de façons de tuer une personne, mais un seul homme les connaît toutes.
DICK LAPELOUSE traite vos nuisibles, sans différenciation de sexe, ni d’âge : époux violents, banquiers véreux, maîtres chanteurs, patrons indélicats, escrocs, maquereaux… les connards en tout genre ruinent votre existence ? N’hésitez plus.
DISCRÉTION ABSOLUE
RÉSULTATS GARANTIS
TARIFS IMBATTABLES

Après Road Tripes, un polar halluciné et décapant sur les traces de Dick Lapelouse, tueur à gages spécialisé dans le tri sélectif des ordures à prix discount. À la croisée de Donald Westlake, Frédéric Dard et Quentin Tarantino, Sébastien Gendron s’impose en dynamitant les codes du genre. Façon puzzle.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Sébastien Gendron










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Mes Amis Mortels Taxi, Take off & Landing Mort à Denise Quelque Chose pour le Week End Road Tripes Chevreuil