Les Hommes sont des Icebergs

Pierre Hanot

Editions du Bord de l'Eau - Septembre 2006

Tags :  Roman noir Quidam France Années 2000 Littéraire Populaire Moins de 250 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant de livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 06 juin 2008

Le dernier Goncourt en séance de dédicace dans un salon parisien pour le roman d'un de ceux qui se sont "sortis" de l'alcool. Succès assuré par les temps qui courent. L'Amour à Jeun : une lutte bien vue du public. Là, dans la foule chuchotante et révérencieuse, se présente Luy, bourré :

— Votre petit nom ?
— T'encombre pas, dit Luy, fais-moi juste un dessin. Tu marqueras quelque chose quand t'auras appris à écrire.

L'esclandre n'est pas loin, évité de peu, et dans cette assemblée soumise, rançonnée par le succès, Luy rencontre Lydie :

— Je crois qu'on s'est égaré, dit-elle en rigolant…

Ils finiront la soirée ensemble, à boire, puis la nuit, à s'aimer…

Lydie découvre alors Luy et sa bande de potes : Bébé; Théo, Rachel, tous réfractaires aux nouvelles lois mises en place par le pouvoir et qui renforcent un peu plus la prohibition de l'alcool.

Ils nous broutent avec leur corps étalon et leur Parti de la santé ! Body-building, dictature de l'alcootest, une nation à la botte, propre sur elle, inodore, indolore. Longévité, en ton nom, Qu'est-ce qu'on se fait chier !

Ou plus loin :

La génération précédente est coupable de n'avoir rien compris au film, ils n'ont rien vu venir malgré l'amputation systématique des espaces non soumis à la contrainte. C'était pourtant marqué en gros sur les paquets de blondes : « Fumer tue ! » Quand on se délite devant tant d'hypocrisie si peu subliminale, quand on accepte un tel cynisme de la part des industriels et des pouvoirs publics, on n'est pas faits pour monter sur la barricade !

La résistance s'organise. Marché noir, trafic, escroquerie… Luy et ses collègues de beuverie utiliseront tous les moyens pour contourner la dictature de l'état.

Pierre Hanot s'en prend au pouvoir qui, dès lors qu'il s'immisce dans la vie privée de tout à chacun, dépasse allègrement ses prérogatives. Luy, comme Bébé, comme Théo, est en lutte pour mener sa vie comme bon lui semble. Il a d'ailleurs déjà bien assez de mal avec son désespoir, celui qu'il tente de coucher sur le papier avec flamboyance, pour ne pas s'encombrer de directives administratives.
Laissez-nous vivre ! Tel est le cri lancé par l'auteur dans cette mise en scène parfois drôle, pleine de verve, mais aussi terriblement noire et désespérée.

Pierre Hanot écrit avec rage, avec cœur, avec ses tripes qu'il balance sur le papier. Le style est fort, âpre, sans concession, emprunt d'une sombre poésie, d'une urgence quasiment palpable :

— Qui t'es, monsieur ? demanda une fillette, derrière la clôture des voisins.
— Comment tu t'appelles ? demanda Luy.
— Pourquoi t'es triste ? demanda la gamine.
Les choses étaient limpides : on naviguait entre les points d'interrogation, on déclinait sa vie en se posant des questions sans jamais obtenir la moindre réponse.
— qu'est-ce que c'est, ton métier ?
Mutine, elle exigea qu'il lui raconte. Luy dit « écrivain » parce qu'il ne savait pas quoi dire d'autre.
— Écrivain, c'est quelqu'un qui écrit sur le vin ?
Il dit « pas seulement ». Mais comme il ne voulait pas l'embarrasser avec tous ses problèmes, il explique qu'il cherchait dans le ciel ce que les autres ne voient pas et qu'il notait tout dans des cahiers pour que ça soit plus joli.

CQFD…


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Avec une note plus humoristique, Pierre Hanot a participé à la collection Polar Rock, dirigée par Sergueï Dounovetz, avec Serial Loser.

Le début...

Les dix premières lignes...

Luy prit un livre sur une pile et se glissa dans la file. Tous, autour, parlaient à voix basse : leurs chuchotements en poussière suspendus à la lumière des halogènes, et l'écho de leurs mirages lui parvenait comme de la fosse d'une piscine, barbouillé par les vapeurs de l'alcool. Cons, sang, suce ! Pauvre nation soumise, pensa Luy, lecteurs esclaves, habitués depuis des générations à la fermer chez leur libraire, le proctologue ou le lundi matin aux enterrements… Le même respect intangible pour les choses mortes et les salles d'attente, le même abandon aux mains du spécialiste (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

Résistant verres après verres contre la dictature de la santé et la prohibition, des marginaux défient le nouveau pouvoir en place. Action directe chez les poivrots, l'alcool au bout du fusil, rouler bourré, l'intoxication comme seule revendication terroriste. De l'ivresse festive à l'addiction à la violence, ce groupuscule de rebelles cédera aux pièges de la clandestinité pour basculer dans la fascination de l'autodestruction.
Roman noir aux éclats de larmes, vertige de la descente aux enfers où fraternité imbibée et amours en désespérance se côtoient sans pudeur, Les Hommes sont des Icebergs est aussi un polar interactif dont le même scénario est décliné au scalpel par trois personnages différents.
Jeu de miroirs schizophréniques porté par une écriture faite de chair et de sang…


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Pierre Hanot










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Serial Loser Les Clous du Fakir Aux Armes Défuntes