Loin des Humains

Pascal Dessaint

Rivages / Thriller - Janvier 2005

Tags :  Roman noir Roman d'enquête Flic Quidam Toulouse Années 2000 Entre 250 et 400 pages

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 25 mai 2007

Toulouse, un an après la terrible explosion de l’usine AZF. C’est l’été et Félix est sur une affaire pas si simple que ça. Jacques Lafleur a été assassiné dans le jardin de sa sœur d’un coup de sécateur. Il semble n’avoir opposé aucune résistance. De plus on ne retrouve pas l’arme du crime. Avec un ensemble de voisins peu coopérants, l’enquête débute difficilement…

Très beau roman. Plein d’humanité. C’est ce que j’ai le plus ressenti. Les personnages sont si attachants que l’on a hâte de les retrouver une fois chaque chapitre fini. Une histoire de famille, sombre et terrible. Deux frères, une sœur. La mort du père a tout enclenché. Il y a bien longtemps. De nombreuses choses passées sous silence, des trahisons aussi.
Mais il y a aussi les aléas de la vie des flics qui enquêtent. Pas facile de vivre après la mort d’une sœur, l’accident d’une collègue, l’explosion de l’usine.
Et il y a Rémi. Couvé par sa mère, rossé par son père. Qui ne rêve que d’horizons lointains. Il gagne sa vie en travaillant à la décharge. Il trie les ordures. Il aime récupérer les livres. Un jour, il ouvre un carton qui contient plusieurs cahiers. Ce sont les cahiers de Jacques Lafleur. Il y tient son journal. Il s’immisce dans la lecture et voyage avec lui, par procuration. Il ne sait pas encore qu’il détient la clé du meurtre. Bien malgré lui, ces cahiers vont le faire rejoindre l’affaire en cours.
Une très plaisante découverte de cet auteur, à la plume généreuse. Toulouse rayonne sous ses mots, la galerie de personnage est très vivante.

L’histoire vous porte, vous emporte, vous transporte. Plus qu’une lecture un voyage.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Désolé, pas d’idée précise.

Le début...

Les dix premières lignes...

Jacques Lafleur n’avait pas un nom prédestiné. Les fleurs, Jacques ne les aimait pas trop, elles lui étaient plus justement indifférentes, bien qu’elles fussent en ces circonstances un bon indicateur de sa santé mentale. Mauvaise.
Jacques considérait les ronciers. Il était pour lui temps d’agir. Se servir de ses mains. S’occuper. À n’importe quoi. Il jeta un regard vers les fenêtres et il lui sembla qu’un rideau avait bougé. Pure illusion (...)


La fin...

Quatrième de couverture...

Jacques Lafleur a été égorgé d’un coup de sécateur dans le jardin de sa sœur Jeanne, chez qui il s’était réfugié après l’explosion de l’usine AZF à Toulouse. Pourtant, cet éternel vagabond semblait avoir trouvé la paix quelque temps auparavant dans la maison de son frère Pierre, spécialiste des serpents. Mais les choses s’étaient gâtées et Jacques était reparti dans ses errances. Pour quelle raison ? C’est ce que se demande le capitaine Félix Dutrey, qui va tenter de percer le mystère qui entoure la victime et de reconstituer le puzzle de son assassinat. Ce puzzle, quelqu’un d’autre va aussi en assembler les morceaux, dans l’ombre, à partir d’une découverte fortuite faite dans un tas d’ordures.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Pascal Dessaint










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

De Quoi Tenir Dix Jours La Vie n'est pas une Punition Bouche d'Ombre Les Pis Rennais (Poulpe) Du Bruit sous le Silence Mourir n'est peut-être pas la Pire des Choses Un Drap sur le Kilimandjaro (Chroniques Vertes et Vagabondes) Tu ne Verras Plus