Suave comme l'Éternité

George Pelecanos

Editions de l'Olivier - Février 2000 - Traduction (anglais) : Frédérique Pressmann

Tags :  Polar social Quidam Washington Années 1980 Moins de 250 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 31 mars 2005

Après King Suckerman, George P. Pelecanos poursuit sa chronique d'un quartier défavorisé de Washington DC à dominante noire. Le premier volet de sa trilogie se situait au milieu des années 70, celui-ci démarre dix ans plus tard. On y retrouve le duo d'amis qui animait la première partie : Marcus Clay, le grand black qui a fait son chemin malgré toutes les embuches, à la tête de plusieurs magasins de disques, et Dimitri Karas, le petit grec dealer d'herbe qui est maintenant passé du côté de la cocaïne, suivant le mouvement de l'époque.
Le récit s'engage sur un accident : un jeune dealer se ramasse au volant de sa voiture après un virage trop serré pris un peu trop vite. Le véhicule s'enflamme. Dans l'affolement général, et avant que les flics ne rappliquent, le dealer s'enfuit pendant qu'un autre individu fouille rapidement la voiture et s'empare d'un gros paquet de dollars que le fuyard transportait. L'accident se passe devant le nouveau magasin que Marcus Clay vient d'ouvrir.
Le chauffeur n'était qu'un vague exécutant, et quand le chef du gang où il officie apprend la disparition du magot, il revient sur place pour en savoir plus. C'est ainsi, en tant que simple témoin, que Marcus se trouve mêlé à cette affaire, lui qui voulait juste partager sa passion pour la musique.

Les années 80 ne sont pas les années 70 ; les temps changent. La marijuana a cédé sa place à la cocaïne, les enjeux sont beaucoup plus importants. Le centre de Washington est devenu en quelques années un haut lieu du trafic de drogues et les gangs tiennent la rue, repoussant vers les banlieues les classes moyennes. Dans les quartiers les plus pauvres, tous ceux qui n'ont pas pu "fuir" cette "horde sauvage" sont confrontés à sa violence. Tous ceux-là et ceux, comme Marcus Clay, qui ont décidé de rester et de donner leur chance à ceux qui veulent bien la saisir et rester dans le droit chemin. Mais rien n'est simple, les inégalités grandissent. Ce sont les années Reagan, le libéralisme à outrance.
À travers l'histoire de ce gang qui veut récupérer son magot et du couple Marcus Clay / Dimitri Karas qui lutte contre eux, c'est bien le problème de la drogue et de son inexorable expansion dont il est question, des ravages qu'elle cause en profondeur dans la société américaine qui, non contente d'augmenter le nombre des laissés pour compte, notamment du côté de la population noire, ne leur "offre" comme seule alternative que la vision de la réussite clinquante des trafiquants.

Un constat sombre des années 80, par un écrivain qui se révèle, roman après roman, comme un grand observateur de la vie américaine.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

On ne débute pas une trilogie par le milieu... Alors commencez donc par dévorer King Suckerman, et vous pourrez prolonger la lecture de Suave comme l'Eternité par Funky Guns qui traite de la décennie suivante. Un régal...

Le début...

Les dix premières lignes...

La première fois que Richard Tutt s'était fait la copine d'un prévenu, il avait compris que rien, absolument rien, n'était impossible à un homme dans sa position. IL venait de s'en taper une le matin même - une jeunette au cul rebondi qui répondait au nom de Rowanda - et par cet après-midi clair et glacial, il lui restait encore un petit arrière-goût dans la bouche.
Tutt prit U Street sur la gauche, balaya du regard son territoire, celui qui lui appartenait.
Le pouvoir. C'était un truc de flic mais pas de n'importe quel flic. Les guignols derrière leurs bureaux n'y avaient pas droit (...).


La fin...

Quatrième de couverture...

Tout commence par un accident de voiture. Un très jeune dealer perd le contrôle de son véhicule et se tue devant l'un des magasins de disques de Marcus Clay. L'histoire pourrait s'arrêter là, mais dans le ghetto de Washington au milieu des années 80 ce n'est pas aussi simple, d'autant qu'un sac bourré d'argent provenant de la drogue a disparu dans l'accident... Un sac que beaucoup de monde convoite dans un univers où règnent la violence et la corruption. Marcus Clay et son fidèle ami Dimitri Karas vont se retrouver projetés au cœur de la tempête...
Ce polar survolté, aux dialogue truffés de références musicales et cinématographiques, puise son imaginaire dans les thèmes de la blaxploitation : sexe, drogue et conflits raciaux.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

George Pelecanos










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Le Chien qui Vendait des Chaussures King Suckerman Anacostia River Blues Un Nommé Peter Karas Funky Guns Nick La Galère Blanc Comme Neige Tout se Paye Liquidation Soul Circus Hard Revolution Drama City Les Jardins de la Mort Un Jour en Mai Mauvais Fils Une Balade dans la Nuit