Une Fille Facile

Charles Willeford

Rivages / Noir - Mars 1990 - Traduction (anglais) : Freddy Michalski

Tags :  Roman noir Etats Unis Années 1980 Moins de 250 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 19 mars 2008

Recommandé À l'avant dernière ligne d'Une Fille Facile, tout un monde bascule. Six mots, pas plus, et le lecteur est soufflé, estomaqué par l'audace et le talent de l'auteur de ce livre écrit en 1967, ce roman noir, pas vraiment un polar, qui classe Charles Willeford dans la lignée des plus grands auteurs, de John Fante à Jim Thompson, de Romain Gary à William Styron.
L'humour grinçant de l'auteur qui n'apparaît pas au fil de cette histoire désespérée surgit ainsi à l'avant dernière ligne. Charles Willeford a joué avec nous et nous a bien eus. On ne rit pas, non, mais on salue l'habileté de l'artiste qui, évitant une démonstration pesante, nous amène à réfléchir sur notre attitude face à certains gros problèmes de société. Et dès lors, ce sont des passages entiers du livre qui reviennent à notre esprit et que l'on comprend mieux.

En dire plus serait priver le lecteur d'une belle surprise.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Le cycle des aventures du Sergent Hoke Mosley, de Miami Blues à Ainsi Va la Mort, par le même auteur ou encore La Religion des Ratés, de Nick Tosches.

Le début...

Les dix premières lignes...

Il devait être aux environs de onze heures moins le quart. Un marin est entré et a commandé un hot dog sauce piment et un café. J'ai coupé un petit pain en deux, attrapé une Francfort dans l'eau bouillante et je l'ai nichée entre les tranches avant de la napper d'une demi louche de sauce piment que j'ai copieusement garnie d'un hachis d'oignons. J'ai gribouillé une addition que j'ai posée à côté de l'assiette. Je n'aurais pas recommandé ce magma infâme à un animal crevant de faim. Le marin était mon seul client et après avoir avalé son dog, il est parti.
C'est exactement à ce moment-là qu'elle est entrée (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

San Francisco, ville sans soleil où les jours s'écoulent dans la grisaille des brumes qui remontent de la baie. Quand Henry rencontre Helen, elle semble une proie facile. Lui-même est au bout du rouleau et n'attend plus rien de la vie, du monde ou des femmes.
Mais les petites tâches d'or dans les yeux d'Helen, son rouge à lèvres presque noir sur l'ovale de son visage très blanc ramènent Harry à la vie. Provisoirement, car la mort est toujours au rendez vous dans ce genre d'histoire.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Charles Willeford










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Miami Blues Une Seconde Chance pour les Morts Dérapages Hérésie Ainsi Va la Mort