69, Année Politique

Francis Zamponi

Seuil / Roman noir - Juin 2009

Tags :  Roman noir Polar politique Complot Service secret France Années 1970 Entre 250 et 400 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 11 juillet 2009

Joseph Cladère, soixante-dix ans, est présenté à la jeune juge d'instruction qui s'occupe de son dossier. Il est accusé de corruption, trafic d'influence, faux et usage de faux, ainsi que de dénonciation calomnieuse. Pour se défendre, il explique à la juge qui découvre son affaire, que ses activités de barbouze au service de l'État ne date pas d'aujourd'hui, qu'il a toujours agit sur ordre, et décide de retracer pour elle son parcours.
L'homme commence alors le récit d'une partie de sa vie qui débute en octobre 1968, alors qu'on vient de découvrir dans une décharge le cadavre d'un réfugié politique yougoslave, Stevan Markovic.

L'affaire Markovic… Voilà un nom qui ne dit peut-être pas grand-chose à certains d'entre-vous, pourtant cette fameuse affaire a défrayé la chronique durant de nombreux mois en France à la fin des années soixante, et est bien sûr au cœur du roman de Francis Zamponi.
Tous commence donc en 1968 par la découverte du cadavre, abandonné dans une décharge, de Stevan Markovic. On ne sait pas grand-chose de l'homme, sinon qu'il est une sorte de petit truand, réfugié yougoslave, et qu'il a été garde du corps et/ou chauffeur d'Alain Delon, alors au faîte de sa gloire.
Comment Stevan Markovic et sa mort vont tenter d'éclabousser le couple Pompidou, alors successeur auto-désigné de De Gaulle ; comment une partie de la classe politique va se servir en sous-main de ce cadavre pour les empêcher de s'emparer du trône présidentiel ; c'est ce que Fancis Zamponi s'est donné pour mission de nous expliquer avec son roman.

Joseph Cladère est un des rouages de la machination qui s'est déroulée quarante ans plus tôt et c'est à travers son regard et son journal "intime" que Francis Zamponi reconstitue méticuleusement l'époque et les faits.
On y voit un Georges Pompidou, pourtant l'homme de De Gaulle, haï par ses "semblables" — les hommes politiques — qui lui reproche son "petit" passé de professeur de lettres reconverti en banquier ; on y voit comment la presse dans son ensemble (hormis peut-être Le Canard Enchaîné et Minute) va se laisser manipuler par les services secrets français qui œuvrent à la déchéance de Pompidou ou au moins à l'écarter du chemin qui mène au pouvoir en l'éclaboussant à travers sa femme.

Francis Zamponi s'appuie sur une affaire connue et tente de mettre en lumière les mécanismes de nos chères barbouzes de la « Piscine ». Malheureusement, son récit, qui progresse lentement, et son style, trop "ampoulé", trop "policé", empêchent qu'on entre vraiment dans le sujet. Le traitement choisi — un retour au présent à chaque chapitre avec diffusion au juge d'un nouvel extrait de journal — rend l'ensemble poussiéreux, et pas du tout "vivant".
Enfin, ceux qui s'attendaient à des révélations (un peu comme moi…) resteront sur leur faim. Et on pourra même reprocher à l'auteur qui cite nommément nombre des intervenants de l'affaire, d'en oublier certains, bizarrement absents, comme Jean-Charles Marchiani, alors directeur du SDECE, et qui fut rapidement écarté de son poste lorsque Pompidou fut élu Président en 1969 ; ou encore que le SAC (Service d'Action Civique cher aux gaullistes) ne soit jamais expressément cité.
Quant à la pirouette finale… Elle n'était vraiment pas indispensable, et vient, à mon sens, décrédibiliser le reste du roman.

Une vraie déception. Dommage.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Sur les années Pompidou, lisez plutôt Raf Vallet !

Le début...

Les dix premières lignes...

Cour d'appel de Paris
Tribunal de grande instance
Cabinet du juge d'instruction

Procès-verbal d'interrogation de première comparution

Vu l'article 116 du Code de procédure pénal,
Le premier juillet 2008
Devant nous, Aline Prossac, juge d'instruction au tribunal de grande instance de Paris, étant en notre cabinet, assistée de Marcel Delonde, greffier,
A comparu la personne, qui nous fournit les renseignement d'identité suivants :
M. Cladère Joseph,
Né le 8 avril 1937 à Boufarik, Algérie (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

Quelques mois après Mai 68, la lutte fait rage dans le clan gaulliste entre les prétendants à la succession du Général. Nombreux sont ceux qui ne veulent pas voir Georges Pompidou devenir président. Mais lui s’y voit déjà. C’est alors qu’éclate l’affaire Markovic, du nom d’un garde du corps d’Alain Delon, retrouvé mystérieusement assassiné. Bientôt, des bruits circulent : Markovic aurait pris des photos de Mme Pompidou en galante compagnie… et en tenue assez légère pour ruiner les ambitions électorales de son époux. La rumeur enfle, le piège se resserre, la machination est en place.
Quarante ans plus tard, impliqué dans un autre coup tordu, un ancien barbouzard des services secrets et du SAC livre enfin le dessous des cartes. Il raconte comment, sur ordre de ses supérieurs directs, lesquels obéissaient eux-mêmes aux plus hautes sphères de l’État, il a instrumentalisé la presse, manœuvré l’opinion publique, piétiné les lois et la morale, à seule fin d’abattre le dauphin pressenti du général de Gaulle.
Un roman édifiant, terriblement crédible, qui jette une lumière crue sur la vie politique d’hier et d’aujourd’hui.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Francis Zamponi










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition