Froid d'Enfer

Joe R. Lansdale

Murder Inc. - Novembre 2001 - Traduction (anglais) : Bernard Blanc

Tags :  Thriller Comédie Road Polar Arnaque Quidam Etats Unis Années 1990 Populaire Entre 250 et 400 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 18 mai 2008

Bill Roberts n’a pas de boulot. Il vit chez sa mère, c’est un peu une sorte de Tanguy texan. Le problème c’est que sa mère est morte. Et morte elle ne peut plus signer et encaisser ses chèques de pension retraite. Après avoir fini tout ce que le garde-manger pouvait lui proposer, il se retrouve sans le sou, sans nourriture et avec un cadavre en état de décomposition avancée sur les bras. Son cerveau fécond pour les entourloupes lui apporte une idée pour se sortir de cette situation embarrassante. C’est la semaine du 4 juillet, la fête de l’Indépendance Américaine. Une cabane en face de chez lui vend des pétards pour l’occasion. Il se décide à la braquer avec l’aide de deux complices.

Il a tout prévu. Un chauffeur, une voiture volée, des masques, une voiture de rechange planquée dans les marais. Infaillible pense-t-il. Ce plan si bien huilé se met à foirer quand le tenancier de la boutique refuse de se laisser faire et fait tomber le masque de Bill. Son complice le descend. Une fuite rocambolesque commence…
Tout d’abord à travers les marais. La faim, l’épuisement, la peur et ses blessures vont le conduire jusqu’au campement d’un cirque itinérant qui présente un spectacle de freaks. Le visage en bouillie à cause des piqûres de moustiques et des morsures de serpents, puant et dégoulinant de vase, le directeur du cirque le recueille et le soigne, croyant avoir affaire à l’un des siens. Opportuniste, Bill décide de rester avec cette compagnie pour le moins étrange, d’autant que la plantureuse femme du patron lui fait de l’œil…

Lansdale nous emmène dans un Texas qu’il connaît bien et dans lequel il place nombre de ses romans. Froid d’Enfer est comme le chemin de croix d’un looser. Le roman débute comme le récit de la chute d’un raté exemplaire. Bill n’est bon à rien, « tout ce qu’il touche se transforme en merde ». Le fiasco de son braquage et la fuite qui s’en suit à travers le marais constituent une première partie assez drôle par l’accumulation des bourdes et ratages de Bill.
Son arrivée dans le cirque et sa rencontre avec son directeur Frost marque le début de la transformation de Bill. Réticent au contact des freaks, il va peu à peu s’attacher à eux. Pris pour l’un des leurs au début, ils ne le rejettent pas après sa totale guérison. Bill comprend qu’il a trouvé des gens qui le prennent pour ce qu’il est et non pour ce qu’il a. De plus, Frost lui propose de devenir son associé dans l’affaire. C’est tout bénéfice pour lui ! Un cirque itinérant est une planque idéale pour un criminel recherché. Et au milieu de monstres, personne ne viendra l’y chercher. Économiser un peu pour prendre un nouveau départ voilà ses projets. Fini les conneries.

Mais quand le sort s’acharne sur vous depuis toujours, pas facile d’y échapper. C’est avec le visage et les plantureuses formes de Gidget, la femme de Frost, que le destin va de nouveau précipiter Bill dans le décor. Il finit assez rapidement dans son lit, et Gidget lui propose d’autres perspectives. Elle en a marre d’être dans ce cirque et d’y côtoyer ses monstres. Bill est beau, fort, bon au lit. Elle lui promet d’être totalement à lui s’il l’aide à se débarrasser de Frost. Réticent à l’idée de trahir celui qui lui a tendu la main, Bill ne résiste pas longtemps au décolleté et aux prouesses sexuelles de Gidget…

Froid d’Enfer ne paraît pas, au premier abord, comme prenant. Encore une histoire de braquage loupé, fuite, poursuite. Mais dès que Bill arrive dans le cirque de Frost, impossible de lâcher le bouquin. L’univers est étrange et Lansdale nous y fait entrer peu à peu. Au dégoût inspiré par cette foire humaine, succède l’envie de savoir comment vivent ces attractions vivantes. Ils vivent, aiment comme nous tous. La transformation du regard que porte Bill laisse entrevoir une possibilité de rédemption, de tout recommencer. Mais c’est sans compter sur le talent de Lansdale pour dénicher le point faible de chaque être humain. Pour Bill ce sera Gidget. Tiraillé par l’envie physique qu’il ressent pour cette blonde incendiaire et par l’amitié qui le lie à Frost, Bill finira par replonger.

Lansdale a un incroyable talent de raconteur d’histoire. On commence le livre comme un polar classique puis le récit nous emmène ailleurs. On croit être dans un conte, une fin heureuse se profile. Mais non, le destin frappe de nouveau, et nous rebasculons dans le thriller. Agréable ballade dans le Texas profond, entre plusieurs genres, Froid d’Enfer est une réussite !


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Le reste de la production de l’auteur, notamment L’Arbre à Bouteilles et Bad Chili qui mettent en scène deux texans atypiques et indéfectiblement potes : le Blanc hétéro Hap Collins et le Noir homosexuel Leonard Pine.
Les Marécages ou Juillet de Sang sont plus dans la veine du thriller.

Le début...

Les dix premières lignes...

Bill Roberts décida de cambrioler la cabane de pétards, vu qu’il n’avait pas de boulot et plus un cent en poche, et qu’en prime sa mère était morte et plus ou moins lyophilisée dans sa chambre.
Enfin, pas complètement lyophilisée. En fait, elle puait, mais elle semblait tenir le coup : elle n’était qu’en partie mélangée au matelas et s’il gardait la porte fermée et allumait le ventilo pour repousser les odeurs, ça allait encore.
La cabane en question se trouvait au bord de la route nationale ; c’était la semaine du 4 juillet, elle resterait ouverte assez tard chaque soir, et après deux nuits de surveillance au cours desquelles il avait vu des tas de gens s’arrêter pour y faire leurs emplettes, Bill avait estimé que c’était le bon endroit à braquer (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

Las de supporter la puanteur du cadavre de sa mère qu’il a conservé pour toucher les allocations, le jeune Bill Roberts braque en face de chez lui la cabane d’un marchand de pétards. La cavale qui s’en suit est une succession d’imprévus mortels où Bill s’adapte dans un environnement radicalement transformé par la fuite. Le pote sympa se transforme en allumé dangereux. Une mare tranquille devient, la nuit, le plus effroyable des marais et le plus simple des flics se découvre des instincts de prédateur… Tout plutôt que de se laisser prendre ! Le visage totalement déformé par les morsures de serpents, Bill croise la route d’un cirque itinérant spécialisé dans les monstres…


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Joe R. Lansdale










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Juillet de Sang Les Marécages Vierge de Cuir Vanilla Ride Diable Rouge