Un Coin Tranquille pour Mourir

Yvonne Besson

Editions des Equateurs - Octobre 2004

Tags :  France Années 2000 Moins de 250 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 1er octobre 2006

Les serial killers n'existent pas en France, sauf dans les livres. C'est Carole Riou, capitaine de police judiciaire et héroïne récurrente des romans d'Yvonne Besson qui l'affirme. Elle improvise une conférence sur le sujet devant un parterre d'amateurs éclairés, fans de littérature, qui ont la fâcheuse tendance à mélanger fiction et réalité. D'autant plus que certains d'entre eux meurent mystérieusement ces derniers temps. Au commencement, il semblait s'agir d'accidents successifs, puis il a fallu se rendre à l'évidence, parler de meurtres est devenu de plus en plus justifié. Les cadavres se multipliant dans cette petite ville normande de Marville, des extraits du journal d'un prétendu tueur en série arrivant par la Poste au commissariat, notre capitaine Carole Riou a de quoi se poser des questions sur sa thèse comme quoi les serial killers n'existent pas en France.
Normalement mise sur la touche pour cause de mutation, elle n'aurait pas à s'occuper du dossier, mais les circonstances, tant dans sa vie privée que professionnelle, vont l'obliger à côtoyer toutes ces personnes avec lesquelles elle n'avait guère d'atomes crochus, à savoir de nombreux enseignants, fidèles d'un café littéraire et de la librairie tenue par son mari. C'est dans leurs rangs, entre autres, que la mort fauche. Le ministre de l’Éducation en est tout retourné. Quant au ministre de l'Intérieur, c'est justement dans le coin qu'il a décidé de faire une descente médiatique.
Professeur elle-même, Yvonne Besson connaît ses personnages sur le bout des doigts. Elle dresse des portraits acides de ses collègues, tout en ne mésestimant pas leur désarroi face à la crise de l'enseignement.

Au cœur de l'histoire à proprement dite, les débats font rage à propos de littérature, de romans noirs, de romans policiers. On cite De Quincey, Lautréamont, Rimbaud à tour de bras. On met en avant Raskolnikov, Julien Sorel, Lafcadio. C'est grande littérature contre genre policier, romans noirs contre romans Cluedo, ou un mix de tout à la fois. Les uns sont traités de sots, les autres de pédants. Et pendant ce temps-là, madame la capitaine déprime, pendant que le tueur continue de transformer la ville en polar plus vrai que nature.
Bonne lecture donc, qui se termine par un clin d’œil à la fiction. Quand on demande à Carole Riou ce qu'elle va faire, maintenant, elle répond en riant :

Comment le saurais-je ?... Tu oublies que je suis un personnage de roman !


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

D'autres romans d'Yvonne Besson, Meurtres à l'Antique, La Nuit des Autres, Double Dames contre la Mort, lui ont permis par deux fois d'obtenir le prix Rompol et un fois le prix virtuel du polar.

Le début...

Les dix premières lignes...

Il avait les pieds dans la boue et ses chaussures prenaient l'eau. Putain de printemps. Il était seul, de nuit, dans le jardin d'une bicoque construite en rase campagne, loin de toute lumière, de toute autre vie, et il essayait de traîner jusqu'au trou le corps de la vieille bique. La garce, qu'est-ce qu'elle était lourde ! On n'aurait pas cru, à la voir ! Sèche comme un tronc de pommier, dans son tablier bleu qu'elle nouait à la taille. Serré, serré. Comme son cul, comme ses lèvres qu'elle semblait toujours sur le point d'avaler. En plus elle était crade. Elle n'avait pas besoin de laque pour hérisser sur son crâne un toupet de cheveux gris. La crasse suffisait.
Il jura, cracha par terre. Il avait envie de pisser. Et elle, elle s'était pissé dessus. Dégueulasse...
Mais pourquoi est-ce que j'écris ça à la troisième personne (...) ?


La fin...

Quatrième de couverture...

Psychose au collège Aubin-Corbier, sur la côte normande : Robert, stagiaire mal aimé, est retrouvé mort dans les toilettes, les veines tailladées. Quelques jours plus tard, c'est au tour du mari de Louise Latour, conseillère pédagogique frustrée et conspuée, de chuter du haut d'une falaise. Dans les deux cas, trois possibilités : suicide, accident ou meurtre prémédité. Ne reste plus à Carole Riou, commandant de police judiciaire, qu'à démêler le faux du vrai.
La tâche est rude, voire impossible : les suspects potentiels sont légion et chacun d'entre eux – le jeune enseignant dévoreur de romans policiers, la collègue perturbée ou encore la prof de français harcelée par un sinistre individu – semble porteur d'un embarrassant secret…


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Yvonne Besson










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche