Un Blues de Coyote

Christopher Moore

Gallimard / Série Noire - Juin 2003 - Traduction (anglais) : Luc Baranger

Tags :  Polar social Comédie Discrimination Quidam Amérique profonde Années 2000 Humoristique Plus de 400 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 1er mars 2006

Recommandé Samuel Hunter est agent d'assurance à Santa Barbara, excellent vendeur, excellent menteur, qui joue facilement et sans aucun scrupule sur les peurs des gens pour les embobiner et leur fourguer ses polices en tous genres. Sam est à l'aise avec tout le monde, par choix, pour éviter les ennuis. Sauf que ce jour-là, en sortant de son bureau, il perd son aisance naturelle, son assurance, subjugué par la beauté d'une fille qui lui tombe sous le nez et qu'un indien mystérieux jette dans ses bras. Un vrai choc, une révélation !
Lorsqu'un peu plus tard, ce même indien réapparaît insidieusement pour l'aider dans son métier, Sam est pris d'un furieux doute et commence à sonder sa mémoire.
Lui, cet espèce de golden boy bien intégré, ce modèle de réussite professionnelle à l'américaine, aussi lisse qu'une vieille carpette usée, est aussi un indien. Il se souvient de la réserve Crow, du temps où il s'appelait Samson Chasseur Solitaire et où son oncle Pokey, entre deux bitures, faisait son éducation spirituelle, sa première chasse, son premier jeûne, et la première fois qu'il a entendu parler de Vieux Bonhomme Coyote...

Dire de Christopher Moore qu'il est un auteur fantasque tiendrait du pléonasme ; il suffit d'un seul de ses chapitres pour en prendre conscience. Mais comme tout ceux qui manient l'humour, c'est aussi grâce à la pertinence de son analyse, à sa profondeur, qu'il réussit à nous faire rire vraiment. Car c'est bien le propre de ce premier roman (en France) : on y rit beaucoup, énormément même, au sens propre comme au figuré.
On assiste à l'épopée loufoque de Samuel Hunter qui va voir sa vie de yuppie bouleversée par la résurgence du passé et l'apparition d'un personnage légendaire de la culture Crow, Vieux Bonhomme Coyote.
Une lecture au premier degré est déjà un enchantement, un dépaysement, par son côté déjanté, loufoque, ubuesque. On a là une galerie de personnages édifiante prise dans un tourbillon infernal de situations des plus délirantes - à ce titre, la virée à Las Vegas est un véritable morceau d'anthologie.
Lorsqu'on s'attarde sur le fond du récit, on se retrouve avec de nombreuses réflexions et une cohérence d'ensemble évidente. On approche la culture amérindienne, notamment celle des Crows, leur philosophie, leurs croyances, mais aussi le traitement réservé par la bonne société américaine à ces minorités. On suit aussi la démarche d'un homme qui, ayant renié ses origines pour mieux se couler dans le moule du système finit, aiguillonné par sa conscience, par retrouver les valeurs qui sont les siennes.

Un Blues de Coyote est un conte moderne, une légende revisitée, et comme tel, est aussi empli de poésie, de magie, d'amour. Il est en plus, grâce à la verve et l'imagination débridée de son auteur, plein de vie. Un vrai bonheur ! D'ailleurs, tout est dit, ou presque, dans la dernière phrase :

La magie de Coyote, aux Blancs, ça peut pas leur faire de mal.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Christopher Moore a pour l'instant vu quatre de ses romans traduits en français et tous parus dans la Série Noire. Sans l'avoir encore lu, je vous recommande pourtant un détour du côté de L'Agneau (sous-titré, L'Évangile selon Biff, tout un programme...).

Laissez-vous tenter également par l'humour, moins déjanté, mais tout aussi fin et mordant, de William Lashner avec, par exemple, Les Prévaricateurs.

Le début...

Les dix premières lignes...

Samuel Hunter s'affairait comme un beau diable dans son bureau, expédiait les appels téléphoniques, vérifiait les documents que vomissaient les imprimantes, tout en vociférant des instructions à sa secrétaire.
Pendant ce temps, dehors, de la poudre magique farinait le trottoir.
Sam débutait chaque jour par une sarabande survoltée : il fonctionnait telle une machine, jusqu'à ce qu'il parte à son premier rendez-vous ou lance le démarcheur approprié sur telle ou telle affaire.
Les gens qui connaissaient Sam le jugeaient travailleur, intelligent, et même sympathique ; soit exactement l'image qu'il souhaitait offrir de lui-même (...).


La fin...

Quatrième de couverture...

Que sommes-nous de plus pour les dieux que des mouches importunes et lubriques qu'ils écrasent pour le plaisir ? Vaste question... que Sam Hunter, trente-cinq ans, parfait golden boy, n'avait pas eu à se poser avant que le Coyote ne débarque dans sa vie pour y semer la pagaille. Car l'animal en question n'est pas celui de Tex Avery (quoique) mais l'incarnation d'une divinité crow bien décidée à rendre infernal le quotidien de Sam. Pourquoi lui ? Dans quels buts ?.. L'occasion, entre légendes indiennes et réalités yankees, d'une balade ravageuse à mourir de rire, et de peur parfois, au pays des mythes anciens et des machines à sous...


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Christopher Moore










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Le Lézard Lubrique de Melancholy Cove L'Agneau Les Dents de l'Amour D'Amour et de Sang Frais