Chaleur

Joseph Incardona

Finitude - Février 2017

Tags :  Roman noir Polar social Psychologie Quidam Finlande Années 2010 Moins de 250 pages


Contribuez au financement de Pol'Art Noir est achetant ce livre

Edition originale

Un avis personnel...

Publié le : 08 janvier 2024

Recommandé Heinola est une ville de vingt mille habitants, située à une centaine de kilomètres au nord d’Helsinki, en Finlande. Comme beaucoup, elle a souffert de la crise de 2008 qui a dépecé son industrie. Depuis, au milieu des bois, on s’y emmerde ferme et on organise régulièrement les plus foireux de tous les championnats du monde, dont celui de sauna.
Une centaine de candidats enfermés sous 110°C. Le dernier à sortir de la boîte a gagné.
Igor Azarof, (1,59m, 58kg) vice champion trois années consécutives, le Poulidor de la compétition, est arrivé de sa Russie natale. Il espère battre son éternel rival, Niko Tanner (1,89m, 110kg), la star locale, accessoirement acteur de films pornographiques. Ils sont les Laurel et Hardy de la discipline ; le soldat et le performeur.
Dans cet amoncellement d’absurdité, Joseph Incardona introduit bientôt un soupçon de dramaturgie. Igor a une fille, Alexandra, qui ne veut plus le voir depuis longtemps, mais à qui on apprend que cette fois, son père va triompher. Parce qu’il n’a plus rien à perdre. Parce qu’il va mourir…

En un peu plus d’une centaine de pages, Joseph Incardona nous livre un roman percutant qui ne s’embarrasse pas de fioritures et court à l’essentiel. Avec son style léché, il nous dresse, sur fond d’un absurde championnat, le portrait de deux hommes, voire deux mondes, que tout oppose.
D’un côté ce « petit » Russe méthodique, taiseux, solitaire, un ancien militaire aux méthodes stakhanovistes qui ne supporte plus d’être l’éternel second. Face à lui, le « grand » viking européen dans toute sa splendeur, hédoniste, bordélique, sans autre valeur que celle du corps parfait, entouré de sa cohorte de blondes « tunées » au silicone.

Pas de cerveau, pas de migraine.

Bien sûr, sur l’estrade et sous les projecteurs il y a ce sauna chauffé à blanc et les candidats qui défilent pour y cuire, mais la vérité se joue ailleurs. Igor et Niko sont les deux maillons d’une même chaîne qui les lie et les entrave. Ces « chiens de faïence » ne sont rien l’un sans l’autre, ils sont les deux faces d’une monnaie qui se déprécie, et le « peine à jouir » n’a rien à envier au hardeur en fin de parcours.
Ce n’est bien sûr pas un hasard si le sexe est omniprésent et traverse le texte de part en part, touchant tous les personnages un à un, secondaires y compris. On pourrait s’en étonner, y voir une forme de perversion, mais comment évoquer les affres de la nature humaine sans aborder le sujet de l’exultation des corps. Plaisir… Or not plaisir…

Chaleur se lit d’une traite. C’est un trait saillant qui vous transperce. Une pépite à l’humour noir, parfois cynique, qui fait naître de l’absurdité la plus crasse une fable au doux parfum philosophique. C’est entendu : les plus belles roses poussent sur le fumier…

PS : Évidemment ce championnat du monde sauna a eu réellement lieu dans la ville d’Heinola entre 1999 et 2010, année où, suite au décès d’un des finalistes, les organisateurs décidèrent — enfin — d’arrêter le massacre.


Vous avez aimé...

Quelques pistes à explorer, ou pas...

Cet absurde et tragique championnat n’est pas sans rappeler le concours débile et tout aussi réel qui sert de trame à un autre roman de Joseph Incardona, Les Corps Solides, qui, dans un format plus long et plus « fouillé », plus humaniste, explore encore les failles de la nature humaine.

Le début...

Les dix premières lignes...

Heinola.
Ça sonne comme le nom d’une actrice de porno alternatif scandinave.
Tanya Hansen. Saana Blond. Katja Keane.
On n’est pas loin : Heinola est une ville de Finlande.
Le porno alternatif implique : choix des partenaires, recherche du plaisir, refus de l’humiliation. Les acteurs eux-mêmes décident du planning de tournage. Le « PA » évoque ainsi une sexualité exhibitionniste consensuelle et authentique. L’équivalent d’un label « bio ».
Doux, équitable et intello.
Le porno progressiste.
Ça colle avec une certaine image de la Finlande : l’authentique, les acquis sociaux, l’égalité des sexes, la tolérance. Forcément, il y a tout cet espace spongieux « terre/eau » pour si peu d’habitants. Ça permet le mieux-vivre, un petit cabanon pour se ressourcer au moindre signe de défaillance nerveuse (…)


La fin...

Quatrième de couverture...

La Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales… et son Championnat du monde de Sauna.
Chaque année, des concurrents viennent de l’Europe entière pour s’enfermer dans des cabines chauffées à 110°. Le dernier qui sort a gagné.
Les plus acclamés sont Niko et Igor : le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno finlandais et l’ancien militaire russe. Opposition de style, de caractère, mais la même volonté de vaincre. D’autant que pour l’un comme pour l’autre, ce championnat sera le dernier. Alors il faut se dépasser. Aller jusqu’au bout.
Aussi dérisoire que soit l’enjeu, au-delà de toute raison, la rivalité peut parfois pousser l’homme à la grandeur. À la fois pathétiques et sublimes, Niko et Igor illustrent avec éclat le désir d’absolu de la nature humaine.


L'auteur(e)...

Sa trombine... et sa bio en lien...

Joseph Incardona










Edition(s)...

Informations au survol de l'image...

Réédition Réédition poche

Du même auteur...

Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.

Remington Lonely Betty 220 Volts Trash Circus Les Corps Solides Stella et l'Amérique